Mon chat Gribouille (1996-2005)

 

 

Il était si petit (il n’avait même pas 6 semaines) qu’il tenait dans ma main.

Je me souviens encore, malgré son jeune âge, il était déjà propre. Je lui avais installé une litière, mais le rebord était trop haut pour qu’il puisse y grimper. J’ai dû lui faire une « marche » pour qu’il puisse aller faire ses besoins.

Grib-bebe.jpg

Gribouille fait un câlin - 2

 

 

 

Petit matou tigré, avec des oreilles immenses par rapport à sa petite tête, il a su très vite conquérir mon cœur. C’était MON chat. Un caractère d’or, il adorait aussi faire des bêtises, passer des heures sur mes genoux à ronronner et à me faire des câlins.

Peu farouche, il allait vers les gens, les accueillait même à leur arrivée, parfois avant moi.

Je me souviens d’une anecdote, Gribouille était encore tout petit, il avait un peu moins de six mois. Quand je quittais l’appartement, pour éviter qu’il ne fasse trop de bêtises en mon absence, je fermais les portes des pièces, je lui laissais uniquement l’accès au couloir et à la cuisine, où il avait son petit coin à lui.

Je suis partie chercher mon ami à l’aéroport, il revenait de déplacement. Quand nous sommes rentrés, environ une heure après, en ouvrant la porte d’entrée, j’ai vu mon Gribouille assis sagement au beau milieu du salon, la porte grande ouverte. Je n’ai pas réalisé tout de suite, j’étais pourtant sûre d’avoir bien fermé la porte… En rentrant dans l’appartement, je me suis rendue compte qu’en fait, nous avions été cambriolés ! J’imagine bien mon matou, très sage, accueillant le cambrioleur avec des ronrons et des câlins !

Gribouille et King-Kong

Gribouille et King-Kong

 

 

Gribouille avait deux ans quand nous avons déménagé, l’été 1998. D’un appartement, nous avons emménagé dans une grande maison, avec un jardin.

Un peu peureux au début, il a très vite adoré son nouveau cadre de vie. Le jardin était son lieu de prédilection.

En été, il passait des heures à se dorer au soleil, couché de tout son long dans mon parterre de fleurs (hum hum !).

Avec une maison et un grand jardin, je me suis dit, nous avons de la place pour accueillir un compagnon pour Gribouille. C’est ainsi que Diabolo est arrivé chez nous en 2000.

Diabolo a un an Diabolo a un an

Joli matou noir et blanc, avec un seul défaut : la nourriture. Si je ne le freinais pas, il mangeait à lui tout seul la part des deux chats. Par contre, côté caractère, il était beaucoup plus indépendant que Gribouille, aussi je n’ai pas eu le même rapport affectif avec lui, même si je l’adorais.

En 2005, je me suis séparée de mon compagnon. En partant, j’ai emmené Gribouille avec moi, et il a gardé Diabolo. Comme je le disais, j’étais beaucoup plus attachée à ce matou-là, et vice-versa, et Diabolo aurait été malheureux en appartement.

Quelques semaines après mon installation avec Gribouille dans mon nouvel appartement, il a changé de comportement. De très câlin, il est devenu distant. Il avait toujours l’air fatigué, il dormait beaucoup plus qu’auparavant. De plus, il s’est mis à perdre énormément de poils. J’ai d’abord mis ça sur le compte du changement (les chats n’aiment pas qu’on modifie leurs habitudes), du déménagement et du nouveau logement. Puis, je me suis dit, c’est le changement de saison, c’est normal, il va avoir son pelage d’hiver.

En fait, je crois que je n’avais pas envie de voir la vérité. Mon Gribouille était malade, très malade. Je me suis enfin décidée à l’emmener chez le vétérinaire, après une visite de mes sœurs. Elles l’ont trouvé très amaigri, et pas du tout comme il était d’ordinaire. Il est vrai que depuis 2-3 jours, il refusait pratiquement de s’alimenter. Après le départ de mes sœurs, j’ai téléphoné au vétérinaire (un samedi fin d’après-midi, je doutais d’avoir une réponse !). J’ai tout de même réussi à l’avoir, je lui ai expliqué les symptômes de mon chat. Il m’a répondu "Venez tout de suite, je vous attends".

J’ai attrapé mon chat pour le mettre dans la caisse de transport, avec beaucoup de mal, comme s’il sentait que j’allais l’emmener chez le vétérinaire. Arrivé là-bas, le véto a tout de suite examiné Gribouille. J’ai vu à son expression que quelque chose ne tournait pas rond. D’après son diagnostic, mon matou avait soit une bonne infection pulmonaire (dangereuse pour l’animal, mais pouvant toutefois être combattue à l’aide d’antibiotiques), soit une PIF (péritonite infectieuse féline) : c’est une maladie difficilement détectable au début. Les symptômes de la PIF sont nombreux et parfois trompeurs : elle se caractérise par une diminution graduelle de l’appétit et de la vivacité, une perte de poids qui peut durer plusieurs semaines. Rien de très spectaculaire donc, d’où la difficulté du diagnostic.

Le vétérinaire m’a proposé de garder Gribouille, de lui faire de suite une piqûre d’antibiotiques, pour voir s’il y aurait changement, et de me rappeler ensuite pour me tenir au courant. J’ai accepté, avec beaucoup de mal, je voyais bien que mon matou n’avait qu’une envie, c’était de rentrer avec moi.

Je suis donc rentrée chez moi, seule, et très inquiète pour mon chat.

Le lendemain, donc dimanche matin, le vétérinaire m’a rappelé comme promis. La piqûre n’avait eu aucun effet.

Il m’en avait déjà parlé la veille, et m’a donc demandé mon accord pour faire une ponction, sous anesthésie légère, à mon matou, pour déterminer si c’était la PIF ou non. J’ai dit oui avec beaucoup de difficultés, ayant peur de la vérité.

J’ai rappelé début d’après-midi pour avoir les résultats : c’était bien une PIF. Mon matou était condamné.

Avec tact, le vétérinaire m’a proposé d’abréger les souffrances de mon matou, celui-ci n’ayant de toute façon plus beaucoup de temps à vivre. La mort dans l’âme, j’ai accepté. Même si ça me brisait le cœur, je ne voulais pas laisser Gribouille souffrir pour rien, sa maladie étant de toute façon incurable. J’ai demandé au véto d’attendre, je voulais être présente, et tenir mon chat dans mes bras, pour ses derniers instants. C’est horrible de devoir prendre cette décision, mais j’ai pensé à mon matou avant tout, même si j’aurai voulu être à mille lieux de là ; mais j’ai pris la bonne décision, pour mon chat, pour mon Gribouille.

Gribouille - Gros plan

J'ai accompagné mon bébé jusqu'au bout, j'étais là pour lui, pour lui dire combien je l'aimais, et que je ne l'oublierai jamais, qu'il était à tout jamais dans mon coeur, et dans mes pensées.

Aujourd’hui, je sais qu’il est heureux, il ne souffre plus, il a rejoint le Paradis des chats.

 Mise en ligne : 03 décembre 2007

retour haut de page
Retour haut de page

31 votes. Moyenne 4.16 sur 5.

Commentaires (34)

1. Alain 17/01/2015

Bonsoir,
C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai lu l'histoire de votre chat Gribouille.
Je suis arrivé par hasard sur votre site au cours de la nuit blanche remplie de chagrin et de douleur qui a suivi la nécessaire euthanasie de notre petite Minou ce 14/02/2015 à 19h50, victime elle aussi de cette saleté de pif.
Mon amie et moi avions adopté Minou dans un refuge près de chez nous le 04 novembre et ça a été tout de suite le "coup de foudre" suivi de merveilleux moments à ses cotés tant elle était gentille, douce et affectueuse.
Malheureusement un peu avant Noël nous avons constaté qu'elle allait moins bien et nous nous sommes aussitôt rendu chez notre vétérinaire qui, après l'avoir examiné et fait passer une radio, nous a annoncé qu'elle avait de l'eau dans les poumons et qu'elle soupçonnait une pif.
Elle nous a demandé l'autorisation de faire une prise de sang et une ponction du liquide pulmonaire afin de confirmer son diagnostic et quelques jours plus tard le couperet tombait annihilant nos derniers espoirs.
Nous l'avons soigné avec de la cortisone et des diurétiques et pendant quelques temps sont état s'est amélioré mais au début de l'année elle a fait une terrible rechute. Elle a perdu l'appétit puis elle a fort maigri et à la fin on sentait qu'elle avait difficile à se déplacer. Nous avons alors décidé d'abréger ses souffrances et avec l'aide de notre vétérinaire Minou s'est endormie dans nos bras couverte de caresses, de baisers et de mots d'amour.
Ca a été la décision la pire que nous ayons jamais eu à prendre et malgré le fait qu'elle ne soit restée avec nous qu'un peu plus de deux mois notre tristesse est immense de l'avoir perdue si jeune (elle avait eu un an le 24/12/2014).
Pour le moment nous n'avons pas le courage de reprendre un autre chat mais après avoir lu vos témoignages sur vos autres petits compagnons j'espère que nous aussi nous retrouverons ce bonheur.
Une chose est sûre, Minou restera à jamais pour nous cette petite étoile filante qui a illuminé nos vie durant son trop court séjour à nos cotés...
Amicalement. Alain et Joëlle.

2. Melanie 29/08/2014

Bonjour
ton histoire me touche beaucoup car moi aussi j ai dû faire endormir mon chat Gribouille de 19 ans et demi.cela m a brisé le coeur. Il y a maintenant 6 ans, mais je n ai pas reussi à reprendre un autre chat. Gribouille c etait "LE" CHAT de ma Vie.
je crois que dans la vie on a un chat qui vous marque plus que les autres ( j en ai eu trois ).
Mais qu elle belle expérience l amour d un chat.

3. alex 16/02/2014

Bonjours, une histoire vraiment déchirante, je suis un homme de 23 ans et jen ai les larmes au yeux a m'imaginer dans pareil situation, ma petite.minoune compte vraiment pour moi et je compatie avec vous, ce ne sont pas que de simple compagnon maisa mon point de vue des enfants , apres une mauvaise journer rien de mieux qu'une petite boule d'amour qui vien ce coller sur nous.

Je vous trouve très courageuse d'avoir prit cette descision , evidament c'étais la seul solution aucun animaux ne devraient souffrir ainsi, mais dans une tel situation prendre la bonne descision n'est pas si évident , laisser partir son enfants sa brise le.coeur, désolé si je m'eternise mais je prend ce sujet tres a coeur.

Je compatie avec la perte de chacun, vos minets sont en paix maintenant

4. Dominique 18/11/2013

Bonjour,

J'ai du faire endormir mon chat gribouille aujourd'hui. Il avait 14 ans. C'est un vrai déchirement. On s'attache trop à ces petite bêtes.

5. morisse 28/08/2013

mon chat gribouille est mort en septembre 2012 mais on ne la pas trouve

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

GENERALITES

Un peu de moi...

Copyright

Archives 2012-2013

Archives 2010-2011

Archives 2009

Archives 2008

Mise à l'honneur - Atout chats

Remerciements

 

PLAN DU SITE

Plan du site

Sitemap

 

 

 

 

 

 

 

INTERACTIF

Blog/News

Forum

Livre d'or

Cyber-cartes

Contactez-moi

 

 

 

 

LIENS

Chat'nnuaire du site

Partenaires et liens

Référencement :

- Plugboard

- Annuaires de référencement

 

 

 

 

Pour faire plaisir à vos proches, achetez utile en faisant vos emplettes sur la boutique de l'association Au Paradis des Chats 33 : l'intégralité des bénéfices des ventes est reversé à l'association.

Vous faites plaisir tout en aidant une association, deux actions en une, pensez-y !

Merci pour elle !

Banniere v2 brunCliquez sur la bannière ci-dessus pour accéder à la boutique de l'association